Ô Canada!

Il est possible que je me sois spontanément mise à chanter le « Ô Canada » après la victoire à l’arraché de Félix Auger-Aliassime sur Sascha Zverev, scellant sa première apparition en carrière dans le dernier huit d’un tournoi du Grand Chelem. Et j’étais en public! Heureusement, le public était limité, parce que j’ai eu l’air un peu timbrée pendant un petit moment.

Pourquoi chanter le « Ô Canada » quand le joueur est québécois? Parce que Félix se joignait à Denis Shapovalov, qui avait, plus tôt, défait Roberto Bautista-Agut en trois manches, dont deux plutôt expéditives, pour atteindre les quarts de finale de Wimbledon pour la première fois, lui qui avait également atteint cette ronde à l’US Open l’an dernier. FAA et Shapo font ainsi l’histoire du tennis canadien, devenant les premiers hommes à simultanément atteindre le dernier huit d’une même édition d’un tournoi du Grand Chelem.

Pas mal, non?

Je ne me fatigue pas de ces jeunes!

Ce n’est un secret pour personne: j’adore les jeunes joueurs de tennis canadiens! De Bianca Andreescu à Leylah-Annie Fernandez, en passant par Denis Shapovalov et Félix Auger-Aliassime, je ne me lasse pas de regarder performer cette jeune génération du tennis unifolié.

En plus d’avoir un talent exceptionnel, cette génération d’étoiles montantes possède une maturité qu’il fait bon à voir, en plus d’être d’un grand professionnalisme. J’ai souvenir des premières entrevues que Félix, un Montréalais, a données au Stade IGA, à ses débuts. S’il était stressé, il ne nous le montrait pas et prenait le temps de répondre à nos questions avec sérieux (ou humour, selon les circonstances), était toujours affable et poli, et il était aussi franchement adorable (il l’est encore).

Les choses n’ont pas changé avec lui, ni avec Denis, ni avec Bianca, ni avec Leylah-Annie. Ce sont des jeunes incroyables, qui nous rendent fiers de les voir représenter notre pays sur la scène sportive internationale. Avec l’avenir devant eux, nous pouvons seulement leur souhaiter une chose: de continuer à briller, à se battre pour aller chercher leurs rêves, à rester en santé (SVP, dieux du tennis, laissez Bianca tranquille un peu!).

Oui, le tennis canadien se porte à merveille, pour notre plus grand plaisir!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s